Cette réunion publique intitulée de "concertation" était animé par 3 représentants du groupement des bureaux d'études (Maitre d'Oeuvre), en présence d'Olivier DUBERNET, Président de la CDC.

1er CONSTAT : peu d'élus,..quelques maires, dont ceux de GAJAC, SAINT COME, LABESCAU,  BERNOS-BEAULAC ... Absence des maires des 3 villes principales (BAZAS, GRIGNOLS, CAPTIEUX) autour desquelles se dessinent les 3 pôles importants retenus dans le SCoT, mais aussi absence des représentants des acteurs principaux (partenaires financiers) que sont l'Etat, la Région Nouvelle Aquitaine et le Conseil Départemental Gironde. Etonnant pour une réunion qui d'entrée a mis l'accent sur la volonté d'un débat participatif avec les citoyens... Il est vrai que ces derniers étaient également peu nombreux.... Mais comme l'a souligné un participant, le défaut d'information communale tant écrite que publique de la part des maires contribue au désintérêt des habitants pour un projet engageant pourtant leur avenir sur notre territoire ; une affiche sur le panneau communal de la Mairie étant très insuffisante pour inciter la curiosité  sur un tel sujet !

2ème CONSTAT : Comme il a été évoqué, les divergences entre les différentes composantes du Syndicat Mixte du Sud Gironde ont contribué à une élaboration fort longue (plus de 3 ans : Octobre 2015/ Janvier 2019) de ce document d'orientation et d'objectifs (voir document explicatif sur le SCoT). Il en ressort, à notre avis, après présentation des différents chapitres de ce document, que certaines prérogatives sont déjà dépassées, ou du moins en voie de l'être, par rapport à l'évolution de notre société .

Par exemple,  la concentration de pôles commerciaux importants (en faut-il autant et aussi importants ?), alors qu'aujourd'hui la tendance des consommateurs vers une alimentation de qualité s'oriente vers plus de points de vente de production locale, de commerces de proximité, de circuit-court...
De plus, il est constaté aujourd'hui que ces concentrations ont vidé les centres villes et bourgs des communes proches. La tendance aujourd'hui est aussi de retrouver des lieux plus conviviaux,  à "taille humaine"...

Sur la transition écologique,  seules les énergies renouvelables ont été évoquées par un participant, alors qu'une politique volontariste sur les économies d'énergie par l'aide financière à la construction des futures habitations ou dans le cadre de la réhabilitation serait une réponse efficace, nous semble-t-il,  dans le cadre d'un développement durable. Rien de mentionner sur ce point.

Peu d'expression, également sur les mobilités :
  • Rien au niveau des axes prioritaires à retenir pour le développement des transports collectifs permettant de rejoindre les pôles d'emploi comme Bazas, Langon (mis à part le covoiturage) et rien sur la possibilité d'une participation au projet de la métropole (Bordeaux) pour la construction d'une ligne RER qui pourrait accélérer le désenclavement du Sud-Gironde avec une gare à LANGON, par exemple.
  • Rien au niveau de l'importance d'une implantation de qualité de la fibre optique (internet) notamment dans les communes rurales qui n'entrent dans aucun pôle au niveau de ce document. Un aménagement spécifique aidé dans le cadre de l'implantation de cette mobilité pour les communes rurales faciliterait le télétravail et permettrait un développement socio-économique harmonieux sur l'ensemble du territoire de notre CDC.
Dans le cadre du plan d'urbanisme, nous avons également appris lors de cette réunion ce que signifie "les dents creuses"...  choix retenu prioritairement par les élus de GAJAC dans le cadre du plan d'aménagement de notre commune.. Les "dents creuses" sont des parcelles inhérentes ou adjacentes à des terrains déjà bâtis et qui pourraient devenir constructibles. En fait ces parcelles échappent au PLUi (plan d'aménagement intercommunal).
Ainsi  le Maire et le Conseil municipal continuent une implantation diffuse du bâti se dispensant ainsi de programmer un plan d'urbanisme structurant  un vrai centre-bourg et valorisant nos sites paysagers. Pourtant l'un n'empêchant pas l'autre dans le scénario du PLUi de GAJAC , seule la proposition de densification de l'urbanisation par un travail spécifique sur les "dents creuses" apparait...


3ème CONSTAT : Le Président de la CDC du Bazadais ayant constaté que certaines communes ne souhaitaient pas se développer, vos "serviteurs" ont demandé à quel niveau une telle décision se prenait...  En fait, on peut traduire dans la réponse qui nous a été faite que c'est le "fait du Prince" ... Les citoyens étant passifs, on décide pour eux ....
Avec l'acceptation de cette situation, il est à craindre que la fracture socio-économique au sein de notre territoire s'accentue entre les pôles qui vont bénéficier principalement de ces avancées et certaines petites communes rurales qui vont continuer à stagner, pire à intensifier l'isolement de leurs habitants. Cet isolement, que nous ressentons déjà par l'absence de services de proximité et du vivre ensemble, engendrera  des contraintes de plus en plus importantes (voire coûteuses) pour accéder aux services de base ou répondre aux obligations qui nous sont imposées .... 
Payant les mêmes impôts inter-communautaires ou le même tarif (ou abonnement) des services publics, nous pourrions espérer avoir la même qualité de prestations (ou du moins une qualité avoisinante)...



EN CONCLUSION, nous aurions espérer un document d'orientation et d'objectifs plus en perspectives (puisque proposé jusqu'en 2035). Des facteurs tels qu'une durée d'élaboration fort longue : 8 ans (2012/2020), le fonctionnement des élus  (entre-soi, inertie freinant les forces vives de notre territoire) sont à nos yeux les causes de la frilosité de ce document.  Un bilan de la mise en oeuvre de ce SCoT devant être faite d'ici 2025, gageons qu'une prise de conscience des principaux freins à plus d'innovations et de dynamisme verra le jour pour répondre aux enjeux d'avenir de notre territoire et aux attentes de l'ensemble de la population sans exception.