1/ Sur le budget prévisionnel 2018, rien de nouveau quant aux orientations prioritaires de nos élus (comme d'habitude, entretien et restauration de nos bâtiments publics uniquement). Mise à part, la rénovation de l'église (86 642,40 €, dont 75% devraient être pris en charge par des subventions demandées à la Région, au Département et à la DRAC) il faut noter un fort ralentissement dans les travaux immobiliers pour cette année tant quantité qu’en engagement financier.

Pour cette année, c'est au tour de la salle communale (derrière le cercle) de figurer sur la liste des travaux d'isolation et de menuiseries tout comme le logement communal à Faly pour lequel les travaux d'isolation et de rénovation sont indispensables vu l'urgence des réparations qui auraient dû être engagées bien plus tôt. Le secrétariat de la Mairie se verra également doté d'un nouvel accueil... pour plus de confidentialité pour la secrétaire .... A quand un bureau pour Monsieur le Maire, pour recevoir avec plus de confidentialité les habitants ? D’ailleurs il existe déjà !! A Quoi sert-il ??

2/ Comme les années précédentes, le conseil municipal n'a voté aucune augmentation concernant les taxes communales..   Mais sachant la suppression prochaine de la taxe d'habitation..  On peut être "bon Prince!!  " … Avec un taux très bas, espérons que la commune n'y perdra pas trop en fonction du retour que fera l'état pour compenser cette dotation ....  Sachant que l'on constate une baisse régulière de la dotation du budget de fonctionnement depuis plusieurs années (encore - 3000 € pour 2017).  De plus, pour les autres taxes locales se profile à l'horizon le futur lissage des taux au niveau communautaire impliquant, à terme, une augmentation des taux communaux. Il est plus facile de faire croire que l'on subit, plutôt que de prévoir ! Qui sera responsables de ces fortes augmentations à venir … les autres : les autres étant les mêmes !

D'ailleurs, il est vrai qu'après avoir voté toutes les augmentations proposées en Communauté de Communes à l'automne (révision des abattements et instauration de la taxe GEMAPI (gestion des cours d'eau) en vigueur au 1er janvier 2018, il est difficile d'en rajouter au niveau communal.....

3/ De la même manière, il a été évoqué lors de cette séance  la position qui serait retenue par le conseil communal concernant la remise en cause de la péréquation sur l'actions sociale.  En 2014, lors du vote en communauté de communes de ce nouveau calcul de péréquation,  le montant de la prestation communale pour GAJAC est passé de 3500€ à 8500€ (+250 %), augmentation similaire pour l'ensemble des communes. Aujourd'hui, ce vote a été annulé par le Tribunal Administratif suite au refus d'une des communes du Bazadais d'accepter une telle augmentation.

Monsieur le Maire, soutenu par son conseil municipal, a confirmé son soutien à la CDC dans le recours en appel porté contre cette décision de justice, et cela sans tenir compte que le nombre de bénéficiaires de notre commune n'a pas évolué de 250 % pour justifier une telle augmentation.  Monsieur le Maire a même précisé qu'il refuserait de reprendre les 20 000€ trop perçus si le jugement était maintenu !...   Mais enfin pour qui est faite la loi ? ...  Une péréquation dans la règlementation en vigueur ? Mais où a-t-on vu ça ?? Dans le Bazadais bien sûr !!....

4/ Nous avons pu aussi constater que les craintes portées dans l'édito 2018 du POIL GRATTER, à savoir aucune concertation avec les habitants sur des sujets touchant leur quotidien, s'avèrent fondées. En effet, le conseil communal a abordé le sujet du broyage des déchets verts à GAJAC, s'est félicité du choix retenu et imposé, sans concertation. Il est même envisagé de pérenniser, l'an prochain, ce choix de traitement de déchets verts sur la commune.

Comme, il a été dit lors de cette séance : C'EST LE CONSEIL MUNICIPAL QUI DECIDE ! Bien sûr aucune convention ou cahier des charges réglementant ce mode de fonctionnement n'a été évoqué. Nous avons appris tout de même que le prestataire retenu par la commune facturait à cette dernière 1 € la minute, soit 20 € pour les 20 minutes prises en charge.  Si vous avez plus de 20 minutes à broyer à voir directement avec le prestataire le tarif qu'il vous fera.  Qu'en sera-t-il de l'évolution de tarif après la pérennisation ? Comme nous le soulignions dans le POIL A GRATTER 2018, C'EST A PRENDRE OU A LAISSER !